Grand prince je suis…

12Article de 2014

Aujourd’hui, j’ai décidé de faire un cadeau à mes parents : les laisser faire la grasse mat ! Grâce à ma grande gentillesse, ils ont eu le loisir de dormir jusqu’à 8h.

Bon, vers 5h40, j’avoue que j’ai eu besoin de vérifier s’ils étaient toujours en vie. Ils dormaient tellement bien que je me suis inquiété moi ! Orphelin à 4 mois et demi ? Vous imaginez ? J’aurais été obligé de me faire mes biberons tout seul. Très peu pour moi !

Donc… quelques jetés de pieds dans les barreaux du lit, quelques aeuuuuu plus tard, maman était là, ouf, elle allait bien. Bon, elle m’a rappelé que c’était samedi, et qu’il était trop tôt pour les petits garçons…. Comme je suis grand prince, que j’étais rassuré et surtout que j’étais encore fatigué, et bien j’ai obtempéré.

Avec le recul, je me demande si ce soudain besoin de dormir tard ne vient pas des céréales au potiron que mes parents ont mis hier soir dans mon biberon… Mais moi, je préfère me dire que je leur ai fait un cadeau car c’est ce que font les gentils bébés ! et papa et maman n’arrêtent pas de le dire : je suis un gentil bébé !

Un nouveau monde s’ouvre à moi !

12

Article de 2014

Edit de 18h15, flash info, scoop !!!!
Oh mon dieu, oh mon dieu. C’est incroyable.

Deux mois et demi que j’essayais, deux mois et demi que je m’entraînais.

Tout a commencé le 9 août. Depuis, je n’ai pas ménagé mes efforts, je n’ai jamais baissé les bras, j’ai sué, je me suis accroché à tout ce que je trouvais, j’ai suivi un entraînement intensif avec Tonton Alex et aujourd’hui, j’y suis enfin arrivé. Je me suis retourné !!!!

Je vous entends déjà : « coup de chance, hasard », non, non, j’ai réitéré l’exploit. Bien obligé car ma sadique de mère a voulu me tester mais même pas peur.  Ah ah ah ! je suis le maître du monde !!! Mais de quel monde ? me direz-vous. Le quatre pattes ! J’ai poussé sur mes bras, sur mes jambes, j’ai levé mes fesses et…. Je me suis effondré. Épuisé. Ben oui… je vous rappelle que je n’ai que 4 mois et 21 jours (la précision, vous vous souvenez ?)

Et puis,  à chaque jour suffit sa peine et laissons le temps à maman de se remettre de mes exploits !

J’adore braconner !

Article de 2014

Soyons clairs, j’aime aussi chasser mais bon les canards et le renne ça va un temps !

Moi, mon dada, ce sont les animaux de la savane. Girafes, éléphants, lions,… Pas de préférence, enfin si peut-être pour les girafes.

Entendons-nous bien, je ne suis pas né avec un instinct de tueur et je bois à ma faim, mais à force de les voir se balancer au dessus de ma tête, j’en ai eu marre. Je veux bien être sympa mais quelle idée de me narguer de la sorte toute la journée. Impossible de leur échapper, ils sont partout, au dessus de mon lit, de mon transat, de mon tapis d’éveil ! Trop, c’est trop ! J’ai décidé de leur faire la peau.

Au début, j’ai voulu faire ami ami, j’essayais de les caresser, je les effleurais du bout des doigts, et même je leur parlais. Croyez-vous qu’ils m’auraient répondu ? Non, ils se pensaient supérieur à moi alors j’ai décidé de les ramener à leur état de barbaque. Je leur ai attrapé les pattes, le cou et j’ai tiré, tiré au point de les détacher et je les ai mis en bouche, je les ai léchés, je leur ai bavé dessus, je les ai pincés et dès que j’aurai des dents je prévois de les mordre.

Bien sûr, une fois de plus Maman n’est pas d’accord avec mes projets. Elle ne cesse de me répéter : « Henri, ça ne se mange pas une girafe, Henri, laisse le lion, Henri…. » A croire qu’elle fait partie de Green peace ! Même Mamie s’y est mise. Une fois, elle m’a vu décrocher le lion et elle a osé me le prendre, soi-disant pour que j’essaie de décrocher un autre jouet mais moi je sais que c’était pour le sauver !

A part ça, faudra quand même qu’on m’explique pourquoi mes girafes n’ont pas la même couleur, j’en ai même une qui fait pouet pouet… Comme le canard… Je m’y perds moi !12

Le bébé du miroir.

 

Je le vois tous les jours. Même plusieurs fois par jour.

A chaque fois, il est dans les bras de Maman. Il n’a pas beaucoup de cheveux, il est plutôt grand pour son âge et a des petites joues joufflues. Maman, parfois, l’appelle « Petit dodu ». Son truc à lui, c’est de sourire… Il n’arrête pas.

Et Maman ? Elle ne cesse de lui faire des bisous. Ma Maman, à moi !!! Le pire, c’est que le matin, je dois lui dire : « Bonjour Henri » et le soir : « Bonne nuit Henri ».

Je crois qu’elle l’aime plus que moi…

Article de 201412

Le Cadre noir et moi.

12Article de 2014

Avec Maman, on fait le cheval. Jusque là, rien de plus banal me direz-vous…

Comme je suis le mâle dominant, il est normal que ce soit moi le cavalier. Je vous vois d’ici opiner. Parfait. Je continue donc mon histoire.

Sauf qu’à la maison à chaque fois que je monte sur mon fidèle destrier, enfin sur mon palefroi pour être exact, l’ouverture de l’Opéra de Rossini, « Guillaume Tell » se met à résonner à mes chastes oreilles. Et je dois bien admettre que j’adore ça.

Alors que la plupart des enfants accompagne leurs premières chevauchées d’un pauvre : « A dada, sur mon cheval… », moi, Henri C. premier du nom, je galope au rythme de Rossini.

Je sais, c’est la classe !

C’est pourquoi, je me suis fait une note pour plus tard : Point de poney, manège, et autre carrousel, pour moi ce sera directement le Cadre Noir.

Je dois dire que cette idée ravit Papa et Maman car depuis ils ne parlent plus que de Saumur et de son vin, il paraît que c’est du lait pour adultes ! Vous croyez que je vais devoir leur prêter mes biberons ?

Allez comme je suis un gentil bébé, rien que pour vous, voici l’ouverture de « Guillaume Tell » : Tadadam tadadam tadadamdam

Vous n’avez pas reconnu ? C’est pourtant ainsi que Maman la chante !

Un prénom à dormir dehors.

Le prénom

Article de 2014

Henri, mais pourquoi Henri ? Suis pourtant un gentil bébé ! Alors pourquoi mes parents m’ont-ils affublé d’un nom pareil ?! Pas par amour, en tout cas ! Impossible.

On est en 2014, alors j’étais sûr d’avoir un prénom sympa comme Lucas ou Nathan. Mais non, mes chers parents ont décidé de me faire naître avec un petit handicap. Bon, bien sûr, quand on me voit, cela paraît immédiatement plus juste. Je suis tellement souriant, beau, gentil, intelligent, et modeste qu’il fallait bien me coller une petite tare pour rééquilibrer la donne !

Ma mère a toujours pensé que si elle avait un garçon, elle l’appellerait Arthur, Louis. Visiblement elle a un problème relationnel avec les noms de roi mais bon, ça restait dans l’air du temps. Elle aimait aussi Victor, Hugo, d’ailleurs si elle avait eu des jumeaux, elle les aurait appelés Victor et Hugo, les pauvres, les misérables…

Papa lui aimait Victor, logiquement j’aurais donc dû me nommer Victor mais Maman et la logique….

Un beau matin, elle s’est réveillée et avait décrété que mon prénom serait Henri. Mon destin était scellé. Papa a bien essayé de se rebeller, il n’aimait pas Henri mais les larmes de Maman ont eu raison de lui. Le faible… Faut dire que son argumentaire était redoutable : « Victor, c’est dur, et dans notre nom, il y a déjà un C et un R, ça sonne méchant alors que notre bébé sera un amour et Henri c’est tellement doux… » et blablablabla. Le faible !!

Mère étant fan du film Le Prénom, ça pourrait venir de là mais non, même pas.  Son Henri à elle, c’est-à-dire moi, viendrait d’une comédie romantique américaine : Hors du temps, The time traveler’s wife pour les initiés.

Le personnage principal s’appelle Henri et l’héroïne prononce soi-disant ce prénom avec tant de douceur et tant d’amour qu’il en devient beau.

Autrement dit, j’ai bel et bien un prénom à dormir dehors mais si on le dit avec douceur et amour, sur un malentendu, il peut devenir beau. Merci Maman !

Bon, j’avoue que jusqu’à ma naissance, j’ai espéré un sursaut de lucidité de mon père. Du côté, de ma mère, c’était perdu d’avance, entre les hormones, la péridurale et les 19 h que j’ai passé à lui faire croire que je voulais sortir, je ne pouvais pas espérer de sa part quoique ce soit. Mais mon père… Ce fut ma première déception. Le Faible est devenu carrément un Traître car lorsqu’il m’a vu ma petite bouille d’amour, il a osé dire et là, tenez-vous bien, asseyez-vous : « Il n’a pas une tête à s’appeler Victor, Louis à la limite mais pas Victor. » J’en ai hurlé !

5 mois plus tard, force est de constater que je me suis bien habitué à mon prénom à dormir dehors, il faut dire que Papa et Maman le disent avec tant de douceur et d’amour…

 

Je me présente, je m’appelle Henri…

Je voudrais réussir ma vie, être aimé, être beau, être intelligent….

STOOOOPPPPPP

Henri, c’est moi ! 4 mois et 19 jours (oui, soyons précis). Souvenez-vous, Maman vous avait annoncé ma mise en fabrication ici

Puis terrassée par les kilos et autres maux, telle que la procrastination, elle avait disparu de la toile en vous laissant sur votre fin…

Alors me voilà !

Je tiens à préciser que n’ayant pas le droit d’avoir accès au moindre écran avant mes 30 ans et étant le mâle dominant (j’en reparlerai), vautré dans mon transat ou étendu sur mon tapis d’éveil, je dicte à Mère ce qu’elle doit écrire. Enfin pour être honnête avec vous, là il s’agit d’une conversation télépathique car je dors profondément dans mon lit !

 

Article de 2014

12

Il est né le divin enfant !

Oyé oyé oyé !

Avant de rentrer dans le vif du sujet, c’est-à-dire moi, moi et encore moi, une petite présentation s’impose.

Vous l’aurez compris, je m’appelle Henri. Je suis né le 5 juin 2014 à 19h08 à Lyon. A 19h09, j’ai élu domicile au rang de la 8é merveille du monde. 50 cm, 3.3 kg, bref un top modèle en couche culotte !02

Je suis l’heureux propriétaire d’un appartement avec un parking, ben oui, j’ai deux poussettes !, d’une voiture, de deux chats dont je ferai prochainement mes serviteurs et là où ça se gâte de deux parents qui ne sont d’accord sur rien, sauf sur mon éducation ! C’est bien ma veine !

Mon père est officier, ma mère enseignante. Autant vous dire que je ne vais pas me marrer tous les jours.

Des millions de parents possibles et il a fallu que je tombe sur ceux qui ne sont pas fan de Dolto et de son enfant roi, ceux qui n’ont toujours pas compris que ce sont les enfants qui font la loi. On m’avait pourtant dit qu’ils étaient une espèce en voie de disparition.

Résultat, le premier mois, j’ai beaucoup pleuré. Maman a mis mes larmes sur le compte des coliques du nourrisson. Mais la vérité, c’est que j’étais en deuil. Jamais je ne rencontrerai super Nanny… et dire que c’était mon rêve…

 

Ps : Maman insiste pour que je vous prévienne que ce sera certainement la seule photo de moi mise en ligne. Ben oui, un trésor tel que moi, elle ne veut pas le partager !

 

Article de 2014

LETTRE DE NOËL 2019

Aujourd’hui, Mère m’a demandé d’écrire ma lettre de Noël.

Elle devait être manuscrite mais cela était sans compter ma mauvaise volonté et mon écriture peu lisible. Me voici donc sur l’ordinateur.

Je soupçonne cependant ma génitrice de se servir de cette excuse pour me faire travailler l’alphabet. J’ai quand même eu le droit de jouer avec les couleurs !

J’ai encore plein d’idées, donc si vous avez une folle envie de me faire un cadeau, je me ferai un plaisir de vous aiguiller.

Bisou baveux,

Henri.

LETTRE DE NOËL 2019

BONJOUR, JE M’APPELLE HENRI.

J’AIMERAIS

OPTIMUS PRIME

APPAREIL PHOTO

DEGUISEMENT DE PIRATE

GARAGE

VOITURES

MERCI BEAUCOUP

HENRI